Présentation du site

La statue d’Étienne de La Boétie, œuvre de Tony Noël, datée de 1892, se trouve place de la Grande-Rigaudie
à Sarlat-la-Canéda.

an-archisme,
dés-obéissance,
non-violence

Guillaume Goutte rendant compte des Chroniques de la désobéissance d’André Bernard, ouvrage publié par l’Atelier de création libertaire en 2012, écrivait :
« Recueil des chroniques littéraires qu’il déclame sur les ondes d’une radio locale et d’articles publiés çà et là dans la presse libertaire, André Bernard se propose, en les compilant ainsi, de traiter « de révolte sociale, d’anarchisme, de désobéissance civile, de non-violence active », et ce non sans quelques « écarts vers l’expression poétique ».

Continuer la lecture

Publié dans a&a Présentation | Laisser un commentaire

Anarchistes et juifs

Anarchisme,
antisémitisme,
antisionisme

D’après nous, confondre antisémitisme et antisionisme, c’est faire preuve de la plus grande mauvaise foi, cependant Pierre Sommermeyer, dans le déroulement de son livre, ne donne pas de définition de ces deux termes qu’il illustre par contre par de multiples exemples. Mais, on peut constater que pour passer de l’antisionisme à l’antisémitisme, le pas est vite franchi par certains militants, surtout quand il s’agit de critiquer la politique expansionniste de l’État d’Israël.
Quant à l’anarchisme, on connaît, tant dans la pratique que dans la pensée, son pluralisme.
Continuer la lecture

Publié dans Chroniques 2021, Histoire, Israël-Palestine | Laisser un commentaire

Violence, prison, sexualité

Texte lu dans l’émission Achaïra
sur la Clé des ond
es à Bordeaux
le 6 septembre 2021

La longue douleur d’Alexandre Berkman

« Aller vers le Peuple, s’y fondre, partager ses joies et ses peines, et ainsi parvenir à l’éduquer », telle était l’idée première portée par le jeune anarchiste russe Alexandre Berkman arrivé aux États-Unis à l’âge de 17 ans, mais encore fortement exalté par les nihilistes de son pays.
Après le massacre par la police privée de l’agence Pinkerton d’une douzaine d’ouvriers de l’aciérie de Homestead dirigée par Henry Clay Frick, c’est à 22 ans que Berkman décide de passer à l’action. Il va tenter de tuer l’exploiteur.
« La vie humaine est certes sacrée et inviolable, écrit-il. Cependant, l’assassinat d’un tyran, d’un ennemi du Peuple, ne doit en aucune façon être considérée comme un meurtre. »

Continuer la lecture

Publié dans Prison | Laisser un commentaire

Démocratie au Rojava

Paru dans Réfractions, n° 46

La Fascinante Démocratie
du Rojava

Si les gens ordinaires adhèrent facilement aux idées toutes faites sur l’anarchisme et particulièrement quand il s’agit de violence , pour autant, nous, les anarchistes, ne sommes pas à l’abri de réserves diverses devant un présent qui est proche de nos pratiques ; la pensée semble alors arrêtée, l’imaginaire bloqué par tout ce qui n’est pas notre savoir historique et idéologique.
Seules, les forces nouvelles de l’évolution – et quelques surprises événementielles – pourront être à même d’ouvrir des portes libertaires.
Il est dit, en avant-propos, que ce livre – complexe, juridiquement très détaillé, soucieux de nuances, et qui s’appuie sur des sources écrites abondamment citées et complétées par des informations orales n’est pas un reportage sur le terrain, mais un essai sur les idées politiques et les institutions d’une société en construction et en perpétuelle mutation ; expérience qui se déroule sur des territoires ravagés par la guerre, trahis par la Russie, par les États-Unis et les pays occidentaux, envahis par l’armée turque, surveillés par Assad et convoités par les intégristes musulmans (c’est d’ailleurs en repoussant les djihadistes que le Rojava s’est fait connaître).

Continuer la lecture

Publié dans Droit, Turquie | Laisser un commentaire

Et si le vivant était anarchique

Paru dans Réfractions, n° 46, 2021

La génétique est-elle
une gigantesque arnaque ?

Jean-Jacques Kupiec, l’auteur de ce livre, est un biologiste et un épistémologue contemporain qui se situe dans la lignée de Darwin – bien connu pour ses travaux sur l’évolution, donc attentif à la variation des caractères , un Darwin qui, déjà, avait rompu avec les naturalistes le précédant quand il mit fortement l’accent sur la variabilité du vivant.
Ces naturalistes, « fixistes », pensaient que les espèces avaient été créées par Dieu une fois pour toutes avec, en plus, l’idée bien implantée qu’il y avait dans ce monde un ordre immuable, vision idéalisée du vivant dans son intégralité que, de fait, Darwin remit en cause en nous libérant de ce parti pris ; option que ne suivit pas, et que ne suit toujours pas, la « contre-révolution » génétique.
Kupiec, qui a lu L’Entraide de Kropotkine, se pose maintenant en critique de la pensée biologique dominante emprisonnée dans un carcan « essentialiste » qui, en permanence, remet en selle l’invariance et pour qui la variabilité du vivant ne serait qu’accidentelle.

Continuer la lecture

Publié dans Théorie | Laisser un commentaire

La Rébellion zapatiste

Publié dans Casse-rôles,16,
mai-juillet 2021.

D’abord, en 2002, Jérôme Baschet édita chez Denoël L’Étincelle zapatiste. Insurrection indienne et résistance planétaire, livre réédité en 2005 par Flammarion avec pour titre La Rébellion zapatiste qui reparaît en 2019, toujours chez Flammarion, dans une édition complétée et augmentée d’une nouvelle postface.

 

Rappelons que le 1er janvier 1994, lors de l’entrée en vigueur du Traité de libre-échange (Alena) avec les États-Unis et le Canada, l’armée zapatiste (EZLN) s’empare d’une demi-douzaine de villes mexicaines (« Ils prirent les armes pour prendre la parole. ») et, le 2 janvier 1994, le lendemain, se retirent pacifiquement devant l’armée fédérale non sans avoir essuyé des pertes importantes. Ce repli militaire fut donc rapide et permit tout aussitôt une réflexion qui s’ouvrit sur la décision de « mettre en mouvement la société tout à la fois au plan régional, national et international ».
Si les zapatistes abandonnèrent l’usage de leurs armes, ils ne renoncèrent pas pour autant aux armes comme garantie de leur sécurité.

Continuer la lecture

Publié dans Amérique latine, Chroniques 2021, Droit, Ecologie, Féminisme | Laisser un commentaire

Si quelqu’un te parle avec des flammes

Si quelqu’un te parle avec des flammes
Répond-lui avec de l’eau

Sache que le seul combat qui se gagne
C’est le duel qui devient duo

Je sais que les braves savent se battre
Et lutter pour leurs droits jusqu’à l’aube
Mais dis-leur que la paix guérit et la guerre périt
Quand la plus belle âme des deux ennemis pardonnent à l’autre
Si quelqu’un te parle avec des flammes
Répond-lui avec de l’eau demain il sera des nôtres
Dehors ceux qui se nourrissent de l’éclat de l’or
Essaient de faire peur aux pauvres
Il fait sombre dans les songes que l’orateur peul colore
Mais il paraît que l’heure la plus noire de la nuit précède de peu l’aurore

Continuer la lecture

Publié dans Non-violence, Poésie & littérature - Galerie, Porte ouverte | Laisser un commentaire

Stratégie de la non-violence

Pourquoi la stratégie
de lutte non-violente ?

Le choix de la stratégie de lutte non-violente correspond au projet de faire émerger un mouvement de masse. En effet, c’est une stratégie qui permet une grande diversité de formes d’action : des actions symboliques, artistiques ou humoristiques, des actions directes d’interposition, d’occupation ou de blocage, des actions constructives, des actions de non-coopération et de boycott, etc. Ces formes d’action variées sont autant de portes d’entrées pour des personnes aux profils variés : des personnes jeunes comme des personnes plus âgées, des femmes comme des hommes, des personnes avec plus ou moins de temps disponible, plus ou moins de capacité à subir une répression policière ou des risques juridiques, etc. En articulant ces différentes formes d’actions dans des campagnes communes, la stratégie non-violente cherche ainsi à proposer une place à chacune et à chacun, à obtenir non seulement le soutien de l’opinion publique, mais aussi la participation directe de la population.

Continuer la lecture

Publié dans Non-violence | Laisser un commentaire

Le pouvoir ne se partage pas !

Publié dans Chroniques Noir & Rouge,
n° 4, février 2021

Une guerre civile horrible et horrifiante

Dans Le pouvoir ne se partage pas !, Alain Pecunia revient sur les événements espagnols de 1936 et sur la guerre civile, une guerre de classes qu’il qualifie d’« horrible et horrifiante ». Rappelons qu’Alain Pecunia fut emprisonné dans ce pays de 1963 à 1965 pour avoir participé à une campagne anti-tourisme en posant des bombes « symboliques » avec les Juventudes Libertarias. Pour éclairer ces actions, il est possible de prendre connaissance d’un « Dialogue entre André Bernard et Alain Pecunia » sur Les Ombres ardentes, un Français de 17 ans dans les prisons franquistes, livre d’Alain édité par Cheminements en 2004 (326 p.) ; ce dialogue a été publié dans Réfractions, n° 14, au printemps 2005 ; voir ci-dessous.

Continuer la lecture

Publié dans Espagne, Pratiques | Laisser un commentaire

Dialogue avec Alain Pecunia

Les Ombres ardentes

« Dialogue entre André Bernard et Alain Pecunia »
à propos du livre de ce dernier : les Ombres ardentes,
un Français de 17 ans dans les prisons franquistes,
Cheminements, 2004, 326 p.
Extrait de Réfractions, n° 14, printemps 2005, 

André : Le Monde libertaire a déjà rendu compte de ton livre, les Ombres ardentes, témoignage que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt et, surtout, avec une grande émotion. C’est en partie le récit de ton enfermement dans les prisons franquistes, de 1963 à 1965 ; tu avais 17 ans. Tu aurais pu intituler ton livre: Il n’y aura pas de problèmes, phrase qui revient comme un refrain.
Avant de commencer ma lecture, j’avais un a priori plutôt défavorable : tu sais que je suis partisan de l’action non violente ; toi, à cette époque, tu posais des « bombes », activité que j’estime néfaste à l’avancée de nos idées, car il semble que l’opinion publique, bien aidée par la presse, ne conserve que cette image catastrophique de l’anarchiste poseur de bombes. Mais ton bouquin est passionnant : il a suscité en moi le besoin de te questionner et d’en savoir plus et sur toi et sur ton évolution jusqu’à maintenant. Oui, ton livre m’a bouleversé par son authenticité.
Rappelons brièvement que tu fus arrêté et condamné pour avoir posé deux « bombes symbolique » [p. 89], pas du tout destinées à tuer ; les directives de ton organisation, les Juventudes Libertarias, étaient claires : ne pas faire de victimes. « Nous faisions du terrorisme sans terrorisme », écris-tu [17]. Votre but était d’attirer l’attention de l’opinion publique européenne sur la survivance du régime fasciste espagnol et de mettre un frein au tourisme. « L’idée générale [était] de mener des actions symboliques afin d’obliger la presse française et européenne à parler du franquisme. » [81] N’empêche, par ailleurs, d’autres membres de ton organisation, avaient bien le projet et ont essayé d’assassiner Franco, qui ne mourra qu’en 1975, dans son lit.

Continuer la lecture

Publié dans Espagne, Histoire, Syndicalisme | Laisser un commentaire

Les dits d’Arès

Les dits d’Arès

recueillis par André Bernard
en
2020

 

« Les choses ne sont pas ce qu’elles sont,
affirma d’entrée le balai. Une question
de manche », ajouta la serpillière.

Un savon tout nu réfléchissait
auprès d’une mare d’eau très sale quand il décida :
« Je vais attendre et me marier avec la pluie. »

Un marteau tapait sur un clou qui,
après s’être enfoncé au cœur du bois, lui dit :
« C’est malin ! Tu es seul maintenant. »

La clé qui ouvrait et fermait la porte lui cria :
« Sans moi, tu ne serais qu’une porte battante.
– Qui dort dans le lit de ma serrure », grinça la porte.
 

Continuer la lecture

Publié dans Poésie & littérature - Galerie | Laisser un commentaire