Présentation du site

La statue d’Étienne de La Boétie, œuvre de Tony Noël, datée de 1892, se trouve place de la Grande-Rigaudie
à Sarlat-la-Canéda.

an-archisme,
dés-obéissance,
non-violence

Guillaume Goutte rendant compte des Chroniques de la désobéissance d’André Bernard, ouvrage publié par l’Atelier de création libertaire en 2012, écrivait :
« Recueil des chroniques littéraires qu’il déclame sur les ondes d’une radio locale et d’articles publiés çà et là dans la presse libertaire, André Bernard se propose, en les compilant ainsi, de traiter « de révolte sociale, d’anarchisme, de désobéissance civile, de non-violence active », et ce non sans quelques « écarts vers l’expression poétique ».

Continuer la lecture

Publié dans a&a Présentation | Laisser un commentaire

Dialogue avec Alain Pécunia

Alain Pécunia, 1945- 2024

Les Ombres ardentes

« Dialogue entre André Bernard et Alain Pecunia »
à propos du livre de ce dernier :
les Ombres ardentes,
un Français de 17 ans dans les prisons franquistes,
Cheminements, 2004, 326 p.

Extrait de Réfractions, n° 14, printemps 2005,

André : Le Monde libertaire a déjà rendu compte de ton livre, les Ombres ardentes, témoignage que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt et, surtout, avec une grande émotion. C’est en partie le récit de ton enfermement dans les prisons franquistes, de 1963 à 1965 ; tu avais 17 ans. Tu aurais pu intituler ton livre: Il n’y aura pas de problèmes, phrase qui revient comme un refrain.

Continuer la lecture

Publié dans Espagne, Prison | Laisser un commentaire

​La sardine arrive le soir

Publié dans Casse-rôles, n° 28, mai-juillet 2024.
Lecture dans Achaïra, l’émission de la Clé des ondes
à Bordeaux, le 1er avril 2024

Il y a cent ans, à Douarnenez, Finistère, lors de l’hiver de 1924, le vent tourna pour les étêteuses, emboîteuses, sécheuses, saleuses, cuiseuses, etc., ces sardinières qui devaient se mettre au travail en fin de journée à l’arrivée des pêcheurs, car ce poisson est fragile et il faut le travailler rapidement ; il y avait des dérogations gouvernementales pour le travail de nuit de ces ouvrières mal payées et dont les patrons, partisans d’une certaine « liberté du travail », héritiers de mentalités « négrières » – nous sommes dans un port –, voulaient ignorer le code du Travail. Le jour, il restait aux sardinières à faire le ménage, à nourrir la famille, s’occuper des enfants et ramender les filets de pêche des maris ou des frères. Rappelons que ces femmes pouvaient être embauchées à l’usine de 8 à 80 ans et travailler jusqu’à dix-huit heures d’affilée : « On chantait pour ne pas dormir ! »

Continuer la lecture

Publié dans Boycott, Grève | Laisser un commentaire

De la paresse intellectuelle

Publié dans le numéro 16
des Chroniques Noir et Rouge, mars 2024

Dès le préambule de Repenser l’État au XXIsiècle 1, on peut lire qu’« une certaine paresse intellectuelle s’est installée, surtout en France et encore plus parmi les anarchistes organisés, fréquemment partagés entre des activistes le nez dans le guidon et des nostalgiques d’un passé glorieux, le nez tourné vers les Grands Ancêtres ». Avec, entre autres façons de penser vite :

Les slogans
Si repenser l’État est une perspective intéressante, ce ne peut se faire avec des slogans qui bloquent la pensée et figent la réflexion.

Continuer la lecture

Publié dans Chroniques 2024, Théorie | Laisser un commentaire

Pinar Selek

Article mis en ligne
le 30 janvier 2024
sur
Divergences
et publié dans Casse-rôles,
n° 28, mai-juillet 2024
et dans Réfractions, n° 52;
printemps 2024

Insolente et radicale…

et libre tout autant par la capacité naturelle et spontanée que possède Pinar Selek de créer des liens avec le monde qui l’entoure, de « créer des ponts entre des différents engagements féministes, antimilitaristes, écologistes, avec les prostituées et les transsexuelles, avec les Kurdes et les Arménien·nes » ; sans oublier les enfants des rues et les Rroms.

Continuer la lecture

Publié dans Chroniques 2024, Ecologie, Féminisme, Non-violence, Prison, Turquie | Laisser un commentaire

… et le sabotage doux

Publié dans le numéro 16 des Chroniques Noir et Rouge, mars 2024
Résumé dans l’émission Achaïra le lundi 6 mai
sur la Clé des ondes à Bordeaux

Je préférerais ne pas

Victor Cachard, dans son Histoire du sabotage 1, propose plusieurs origines à cette pratique : tout d’abord, le travail grossier, cochonné, bâclé, à la va-vite, à la façon de la taille des sabots de bois à l’ancienne, action pouvant être associée au « grain de sable roublardement fourré dans l’engrenage minutieux pour que la machine reste en panne » 2, ou, encore, le « ca’ canny », aller doucement, ne pas travailler à n’importe quel prix : « à mauvaise paye, mauvais travail ».
Il précisera ensuite que le sabotage se définit avant tout par l’opposition du travail face à sa marchandisation et par l’exigence de sa « juste rémunération » ; il s’agit d’ajuster la qualité du travail à la mesure du salaire accordé.

Continuer la lecture

Publié dans Boycott, Grève, Non-violence, Syndicalisme | Laisser un commentaire

Gustav Landauer. Dès aujourd’hui !

Publié dans Réfractions, n° 52,
« L’échec et le réel »,
printemps 2024
Un résumé de cette chronique a été lu
dans l’émission Achaïra, le lundi 5 février 2024
sur la Clé des ondes, à Bordeaux

Dès aujourd’hui !

C’est une expression qui pourrait se dégager, pour le moins, des textes et des discours de Gustav Landauer diffusés au cours de sa brève existence. Mais, si l’on excepte les publications ci-dessous mentionnées, le public français ne connaît de Gustav Landauer (18701919) que sa participation, en avril 1919, au commissariat à l’instruction publique et à la culture lors de la République des conseils de Bavière ; et, en mai, le fait qu’il fut arrêté, battu à mort par des soldats des Corps Francs, sa vie et sa pensée étant alors éclipsées par cet assassinat. Ont donc été publiés :
En 2006, La Révolution, traduit de l’allemand par Margaret Manale et Louis Janover, suivi de Les Révolutions contre les prophètes de Louis Janover, éditions Sulliver.
En 2008, La Communauté par le retrait et autres essais aux éditions du Sandre ; texte qui n’est pas cité dans le livre que nous chroniquons ici ; sans doute, comme le fait remarquer Gaël Cheptou dans À contretemps (n° 36, janvier 2010), à cause de la traduction qui fourmille de contresens et du nombre élevé de coquilles et d’erreurs diverses.
– En 2009, Un appel aux poètes et autres essais, traduit de l’allemand et présenté par Charles Daget, éditions du Sandre.
En 2018, Gustav Landauer, un anarchiste de l’envers. Suivi de douze écrits « anti-politiques de Gustav Landauer », Freddy Gomez (dir.), éditions de l’Éclat/À contretemps.
En 2019, Appel au socialisme, traduit par Jean-Christophe Angaut et Anatole Lucet, éditions La Lenteur.
Et, récemment, en 2023, Communauté et révolution chez Gustav Landauer, ouvrage de plus de 400 pages d’Anatole Lucet aux éditions Klincksiek. – On trouvera dans Réfractions : n° 29, 2012 (« De la bêtise et du vote » de Landauer) ; n° 36, 2016 (« Sur la révolution mexicaine » de Landauer) ; n° 43, 2019 (« Gustav Landauer et Johann Gottfried Herder » de Siegbert Wolf) ; n° 44, 2020 (réflexions tirées de L’Appel au socialisme) ; n° 45, 2020 (le nom de Landauer est cité à deux reprises) et n° 46, 2021 (« Utopie, préfiguration et révolution chez Gustav Landauer », de J.-Ch. Angaut).
Continuer la lecture

Publié dans Allemagne, Histoire, Pratiques | Laisser un commentaire

Trois femmes déterminées

Publié dans
Casse-rôles,
n°27
février-avril 2024

*

*

Trois militantes qui connurent la prison en Espagne, aux États-Unis, en Russie, au Japon. Oui, il y a des prisons partout pour celles et ceux qui veulent changer le monde.

Continuer la lecture

Publié dans Chroniques 2024 | Laisser un commentaire

Des nouvelles de Ziad Medhouk

Voir aussi sur ce site
Confinement sous le ciel de Gaza
de

Ziad Medoukh
directeur du Département de français à l’Université de Gaza, résistant non-violent à l’occupation israélienne

Bonjour de Gaza la détruite,
de Gaza la dévastée

Croyez-moi : ma détermination, mon courage, ma résilience, ma patience et mon optimisme n’arrivent pas à dépasser ma détresse totale.
Après presque quatre mois depuis le début de cette agression horrible de l’occupation contre la population civile de la bande de Gaza, la situation sur place est de plus en plus catastrophique et terrifiante.  La vie est un goût amer; en fait, il n’y a pas de vie à Gaza. La vie est paralysée totalement.

Continuer la lecture

Publié dans Israël-Palestine | Laisser un commentaire

Mettre en œuvre présentement…

Ici et maintenant

Pu
blié dans Chroniques Noir & Rouge,
n° 15, dé
cembre 2023

Mettre en œuvre, « présentement, des espaces de vie », c’était une expression de Gustav Landauer (1870-1919) * ; aujourd’hui, c’est dans des récits qui s’échelonnent sur une soixantaine d’années et dans un enchevêtrement avec d’autres écrits, datant eux de ces quinze dernières années, qu’Anna Kruzynski nous donne à lire Quartier en lutte.
Les espaces de vie, c’est l’usine, l’atelier, le village, etc. ; ici, c’est le quartier, son quartier, autrefois contrôlé par l’Église catholique et par les élites locales, c’est la Pointe-Saint-Charles à Montréal, au Québec, où, au début du XXIe siècle, on assiste à l’apparition d’un militantisme inspiré des idées et des pratiques de l’anarchisme, déterminées, d’un côté, par le municipalisme et l’écologie sociale de Murray Bookchin, de l’autre, par l’autodétermination économique de J. K. Gibson-Graham, mais ce n’est pas si simple.

Continuer la lecture

Publié dans Chroniques 2023, Ecologie, Féminisme | Laisser un commentaire

Refus de participer à une guerre de vengeance

La guerre entre le Hamas et Israël

Libération du 29 décembre 2023 publie la lettre du premier objecteur de conscience israélien dans le conflit actuel.
Tal Mitnick, 18 ans, refuse de participer à ce qu’il dit être un «bain de sang» et appelle à un changement politique profond.

«Cette terre a un problème : deux nations y ont tissé un lien indéniable. Même avec toute la violence du monde, nous ne pourrions pas effacer le peuple palestinien ou son lien avec cette terre, tout comme le peuple juif ou notre lien avec cette même terre ne peuvent pas être effacés. Le problème ici relève d’une forme de suprématie, la croyance que cette terre n’appartient qu’à un seul peuple. La violence ne peut résoudre ce problème, ni de la part du Hamas ni de la part d’Israël. Il n’y a pas de solution militaire à un problème politique. C’est pourquoi je refuse de m’enrôler dans une armée qui croit que le vrai problème peut être ignoré, sous le couvert d’une guerre civile, avec un gouvernement qui ne fait qu’entretenir le deuil et la douleur.

Continuer la lecture

Publié dans Israël-Palestine | Laisser un commentaire